Un casting interactif en vue de notre prochaine fiction interactive Sir Thomas

Sir thomas extrait de la fiction en co-production Nous Prod

Nous coproduisons actuellement la fiction interactive « Dans la peau de Sir Thomas » avec le soutien de la SSR (RTS) et de Cinéforom. A l’occasion de la dernière édition du Festival international du film fantastique de Neuchâtel (Nifff), un casting interactif a été organisé afin de laisser au public le choix du rôle principal de cette fiction. La journaliste Antonella Fracasso a relaté l’expérience pour ARCINFO.ch. Voici un extrait de son article publié en juillet 2022 :

" Un film interactif où les spectateurs sont parties prenantes, du choix des comédiens à la narration? Ce concept novateur est expérimenté dans l’adaptation à l’écran de «Dernier Noël à Trapellun», une nouvelle du Neuchâtelois Nicolas Feuz. Le public a été mis à contribution mercredi dernier lors d’un casting live, organisé dans le cadre du Festival international du film fantastique de Neuchâtel (Nifff).

Une trentaine de personnes s’étaient déplacées au théâtre du Passage, dans la capitale cantonale, pour désigner celui qui se glissera dans la peau de Sir Thomas. Un personnage mystérieux et ambivalent imaginé par Nicolas Feuz, procureur et auteur de polars.

Tueur, magicien ou policier

En vacances à l’étranger, l’écrivain avait préparé un message vidéo destiné au public et aux comédiens qui ont passé le casting, Jonas Marmy et David Melendy. «C’est la première fois qu’une adaptation de l’un de mes récits est aussi avancée», s’est réjoui Nicolas Feuz, contacté par téléphone.

Ce projet de court-métrage interactif est soutenu par les sociétés de production La Souris verte, à Genève, Nous Prod, à Lausanne, et la RTS. Ainsi que par les éditions lausannoises Okama, qui ont publié en 2019 le recueil de nouvelles «L’Etrange Noël de Sir Thomas», dont fait partie le récit de Nicolas Feuz. Sélectionnés au préalable, les deux acteurs ont dû effectuer deux épreuves dans une autre salle. Le public les a regardés sur grand écran.

Puis, à la fin, tout le monde s’est retrouvé au théâtre du Passage. Le choix des spectateurs s’est porté sur Jonas Marmy, un Fribourgeois de 36 ans. «Dans ce court-métrage, Sir Thomas va se révéler en tueur psychopathe, en magicien ou encore en policier. Le comédien doit pouvoir passer facilement d’un rôle à l’autre», commente la réalisatrice Valeria Mazzucchi. «Sur le moment, on ne se rendait pas compte qu’on était jugé par le public vu qu’on était dans une autre salle. En même temps, c’était particulier car on savait qu’on était regardé, sans pouvoir entendre les réactions», raconte Jonas Marmy, qui ne cache pas son état de stress durant le casting.

Avant-première au NIFF

La prochaine étape est l’écriture du scénario, réalisée en ce moment par Valeria Mazzucchi et Nicolas Feuz. «On se base sur la nouvelle, mais l’histoire va évoluer», explique la réalisatrice genevoise. Par exemple, le personnage du garçon sera finalement une fillette, dont le père est décédé. Sa maman et elle vont rencontrer Sir Thomas à Trapellun, un village perdu au milieu de nulle part. «C’est une nouvelle sombre, dans l’esprit de ‘Shining’», souligne l’auteur. Le tournage est prévu au printemps 2023. «Le lieu n’a pas été choisi, j’imagine un hameau isolé dans les Alpes valaisannes ou vaudoises», poursuit-il. Le film sera accessible à la fin 2023 – début 2024 sur une plateforme internet durant six mois. Les spectateurs seront à nouveau impliqués, mais cette fois dans l’intrigue. «Le public devra aider le personnage de la petite fille à faire des choix qui modifieront le cours de l’histoire. Plusieurs options seront proposées», illustre Valeria Mazzucchi. L’ambiance du film oscillera ainsi entre thriller, science-fiction ou d’autres genres. «La version interactive qui aura le plus de votes sera projetée d’un bloc en avantpremière au Nifff», annonce Nicolas Feuz. L’édition 2024 est visée. Puis, le court-métrage sera diffusé sur la RTS. De nombreux éléments sont encore en réflexion. «On tâtonne, c’est une nouvelle façon de travailler», glisse Valeria Mazzucchi. "

ARCINFO, 9 juillet 2022

Découvrir la page projet Sir Thomas ici

Sir thomas extrait de la fiction en co-production Nous Prod

Nous coproduisons actuellement la fiction interactive « Dans la peau de Sir Thomas » avec le soutien de la SSR (RTS) et de Cinéforom. A l’occasion de la dernière édition du Festival international du film fantastique de Neuchâtel (Nifff), un casting interactif a été organisé afin de laisser au public le choix du rôle principal de cette fiction. La journaliste Antonella Fracasso a relaté l’expérience pour ARCINFO.ch. Voici un extrait de son article publié en juillet 2022 :

" Un film interactif où les spectateurs sont parties prenantes, du choix des comédiens à la narration? Ce concept novateur est expérimenté dans l’adaptation à l’écran de «Dernier Noël à Trapellun», une nouvelle du Neuchâtelois Nicolas Feuz. Le public a été mis à contribution mercredi dernier lors d’un casting live, organisé dans le cadre du Festival international du film fantastique de Neuchâtel (Nifff).

Une trentaine de personnes s’étaient déplacées au théâtre du Passage, dans la capitale cantonale, pour désigner celui qui se glissera dans la peau de Sir Thomas. Un personnage mystérieux et ambivalent imaginé par Nicolas Feuz, procureur et auteur de polars.

Tueur, magicien ou policier

En vacances à l’étranger, l’écrivain avait préparé un message vidéo destiné au public et aux comédiens qui ont passé le casting, Jonas Marmy et David Melendy. «C’est la première fois qu’une adaptation de l’un de mes récits est aussi avancée», s’est réjoui Nicolas Feuz, contacté par téléphone.

Ce projet de court-métrage interactif est soutenu par les sociétés de production La Souris verte, à Genève, Nous Prod, à Lausanne, et la RTS. Ainsi que par les éditions lausannoises Okama, qui ont publié en 2019 le recueil de nouvelles «L’Etrange Noël de Sir Thomas», dont fait partie le récit de Nicolas Feuz. Sélectionnés au préalable, les deux acteurs ont dû effectuer deux épreuves dans une autre salle. Le public les a regardés sur grand écran.

Puis, à la fin, tout le monde s’est retrouvé au théâtre du Passage. Le choix des spectateurs s’est porté sur Jonas Marmy, un Fribourgeois de 36 ans. «Dans ce court-métrage, Sir Thomas va se révéler en tueur psychopathe, en magicien ou encore en policier. Le comédien doit pouvoir passer facilement d’un rôle à l’autre», commente la réalisatrice Valeria Mazzucchi. «Sur le moment, on ne se rendait pas compte qu’on était jugé par le public vu qu’on était dans une autre salle. En même temps, c’était particulier car on savait qu’on était regardé, sans pouvoir entendre les réactions», raconte Jonas Marmy, qui ne cache pas son état de stress durant le casting.

Avant-première au NIFF

La prochaine étape est l’écriture du scénario, réalisée en ce moment par Valeria Mazzucchi et Nicolas Feuz. «On se base sur la nouvelle, mais l’histoire va évoluer», explique la réalisatrice genevoise. Par exemple, le personnage du garçon sera finalement une fillette, dont le père est décédé. Sa maman et elle vont rencontrer Sir Thomas à Trapellun, un village perdu au milieu de nulle part. «C’est une nouvelle sombre, dans l’esprit de ‘Shining’», souligne l’auteur. Le tournage est prévu au printemps 2023. «Le lieu n’a pas été choisi, j’imagine un hameau isolé dans les Alpes valaisannes ou vaudoises», poursuit-il. Le film sera accessible à la fin 2023 – début 2024 sur une plateforme internet durant six mois. Les spectateurs seront à nouveau impliqués, mais cette fois dans l’intrigue. «Le public devra aider le personnage de la petite fille à faire des choix qui modifieront le cours de l’histoire. Plusieurs options seront proposées», illustre Valeria Mazzucchi. L’ambiance du film oscillera ainsi entre thriller, science-fiction ou d’autres genres. «La version interactive qui aura le plus de votes sera projetée d’un bloc en avantpremière au Nifff», annonce Nicolas Feuz. L’édition 2024 est visée. Puis, le court-métrage sera diffusé sur la RTS. De nombreux éléments sont encore en réflexion. «On tâtonne, c’est une nouvelle façon de travailler», glisse Valeria Mazzucchi. "

ARCINFO, 9 juillet 2022

Découvrir la page projet Sir Thomas ici

← Brisons le silence ! au Festival Fantoche 2022 COMMUNIQUER SUR LA DURABILITÉ, UN ART OU UNE SCIENCE ? →